26/04/01 France: Pouvoirs publics et free parties, la répression est officialisée.





Après le point des associations de prévention la semaine dernière, voici que les choses se concrétisent. Aujourd'hui jeudi voici un extrait de ce qui s'est passé à l'Assemblée Nationale : la version complète (sans intérêt sauf que le tout répressif est de mise en France cette année au nom de la sacro-sainte sécurité du populo, il en veut de la sécurité ? on lui en donne ! et ca fait de nouveaux emplois chez les flics), la version complète donc est disponible sur le site de l'Assemblée Nationale. Ainsi donc dorénavant les confiscations de sons à la fin des manifestations seront légales...

Après l'impression de tentative de dialogue que les associations semblaient avoir percu, voilà qui change RADICALEMENT la done.




Assemblée Nationale

Session ordinaire de 2000-2001 - 71ème jour de séance, 164ème séance
3ème SéANCE DU jeudi 26 avril 2001

PRéSIDENCE de M. Yves COCHET

Avertissement :
Version provisoire réalisée à (heure) 07:42
complétée au fur et à mesure du déroulement de la séance.


sécurité quotidienne (suite)

(...)

M. Thierry Mariani - Mes amendements 196 à 199 traitent des rave-parties, phénomène qu Orange connaît bien puisqu elle est située à la jonction des autoroutes venant de Montpellier, de Nice et de Lyon. Il y en a eu deux organisées les deux derniers week-ends, qui ont rassemblé 4 à 5 000 jeunes. Malheureusement celle de Caderousse a fait deux morts et un blessé. Voici comment les choses se passent : un premier message est en général diffusé sur Internet pour donner rendez-vous à telle ou telle sortie d autoroute. Là, des gens indiquent à la foule sur quel champs se rendre. Or sur ce champ, des camions sont déjà arrivés avec du matériel de sonorisation.
Après trois jours, quand tout est fini, voici ce qu on retrouve, par milliers (M. Mariani montre une boîte) : cette " cartouche pour la crème Chantilly ", remplie de gaz carbonique. Ce gaz sert à gonfler des ballons, dans lesquels on rejette la fumée de ce qu on fume, avant de le passer au voisin.
Je retire mes amendements 196, 197 et 199, qui visent l interdiction de la manifestation, car ils ne pourraient être efficaces. En revanche, après en avoir discuté avec les forces de l ordre, je défends mon amendement 198, qui tend à autoriser la saisie du matériel de sonorisation -ce qui l empêchera de servir à nouveau le week-end suivant

M. le Rapporteur - Cet amendement n a pas été examiné par la commission mais il s agit d un problème important, sur lequel je souhaite que la réflexion se poursuive.

M. le Ministre - J imagine mal comment des agents de police judiciaire pourraient intervenir dans un rassemblement de 20 000 personnes, même pour saisir du matériel de sonorisation indépendamment des problèmes de droit. Je crois moi aussi souhaitable de continuer à réfléchir aux solutions possibles.

M. Pierre-Christophe Baguet - Le phénomène ne touche pas seulement la province : il y a eu récemment une rave-party à la piscine Molitor. Les riverains ont été choqués par le fait que, bien que le message de rassemblement ait été sur Internet quinze jours auparavant, la police n ait pas déployé plus de moyens. Il faudrait surveiller de plus près le réseau Internet et intervenir plus en amont.

M. Thierry Mariani - Il est en effet impossible de saisir le matériel pendant la manifestation, Monsieur le ministre, mais on peut le faire au moment où elle se termine.

M. le Ministre - Je suis prêt à examiner votre suggestion, Monsieur Mariani.

L'amendement 198, mis aux voix, est adopté.




Ainsi donc c'est un gouvernement SOCIALISTE qui, sans aucune réticence, criminalise les fêtes libres et empêche sa jeunesse de se libérer de temps en temps du joug quotidien.

Plus que jamais nous appellons les sound systems, victimes depuis quelques mois d'un véritable harcèlement policier, à dépasser leurs clivages tribesques et à se retrouver d'urgence pour envisager une réponse collective à l'offensive politico-administrative, sans doute avec l'aide des associations existantes mais aussi en utilisant les moyens que nous avons mis à leur disposition il y a plus d'un an.

Ci-dessous le projet de loi tel qu'il va être déposé devant le Sénat qui va bien sûr l'adopter.



projet de loi


projet de loi



For non french readers, I traduce :

"In case of unauthorized large scale event on a private or public territory being able to show a danger for the quietness of the along residents, the judicial police agent will be allowed to order the seizure of the sound equipment."




Dans le même ordre d'idée, voici quels sont les moyens déployés par les bleus pour contrer les frees. C'est un article du quotidien Midi Libre du lundi 30 avril 2001 :





Deux raves abrégées par les gendarmes
(Midi Libre)


La technique anti-rave des gendarmes est désormais au point. Afin d'empêcher les rassemblements technos sauvages, de grande ampleur ou non, ils cherchent désormais à intervenir dès que les organisateurs s'installent. Et se tiennent informés, via les hot-lines, ces répondeurs téléphoniques qui donnent les itinéraires menant aux lieux des raves, tenus secrets jusqu'au dernier moment. Samedi après-midi, sachant que deux soirées technos, Toons et Subliminal devaient se tenir entre le Gard et l'Hérault, l'hélicoptère a décollé dès 18 h, afin d'essayer de repérer les camions des organisateurs. A 20 h, ce sont des habitants de Gallargues, qui ont téléphoné pour les prévenir. Très vite, une dizaine de gendarmes ont investi les lieux, et pris de court les organisateurs, affairés à installer leur matériel. Ils ont été conduits à la brigade pour y être interrogés, tandis que les sonos, louées, étaient saisies : les organisateurs risquent des poursuites judiciaires pour exercice d'activité d'entrepreneur de spectacle vivant sans licence , un délit taillé sur mesure pour les DJ's et puni de deux ans de prison.

Dans le Gard, les gendarmes ont détecté la rave Subliminal vers 23 h, dans un champ entre Clarensac et Caveirac. Entre 150 et 300 personnes étaient déjà rassemblées autour de la sono à leur arrivée. Des barrages ont été déployés sur les routes d'accès, pour empêcher les autres amateurs attendus d'y accéder. La soirée s'est terminée sans incident vers 2 h du matin, lorsque les gendarmes ont coupé la musique.

(Midi Libre, 30.04.2001)








kanyar


3BiGbAnG!

raves | planet | teknivals | reports | kroniks | K LiZt | K MobZ | ubik | meteks | sound conspiracy | tko-blaze | fraktal | mk-tribe | rca | tektoniks | a kick | fky | babylon joke | d point | ab ovo | xav | no limit | zed | j point | disk dur | seik | jbuk | willmeur | joce | mp3 | modules | gigabank | players | barcelona | girona | toulouse | perpignan | carcassonne | millau | montpellier | nimes | avignon | grenoble | lyon | aix | marseille | toulon | torino | ego | d point | cellular indigen | stereograms | demonstration | bill | capsul | subradar | anticore | vibrion | ideal chimik | loud speaker | beast | thrust | jungle beast | homestudio1 | advices | bpm meter | cyberstore | links | search


2001 Marc Gouttebroze
Amiga Made